le Bouquinoire, blog littéraire

" Emil Diemer (1908-1990) ". La Presse en parle...

" EMIL DIEMER (1908-1990), MISSIONNAIRE DES ECHECS ACROBATIQUES " (1997),

par Dany Sénéchaud.

 

3ème édition enrichie, La Libre Case, Poitiers, 2003. 263 pages. Tirage limité.

Postface de Dr Michel Roos.

 

ISBN  2-9512071-0-7

 

PRIX : 30 eu ttc.

(envoi soigné sous deux jours)

 

 

Commande auprès de l'auteur : dsenechaud(at)free.fr

 

 

Livre sur les gambits et particulièrement le gambit Blackmar-Diemer,

sur le jeu tactique et d'attaque, sur le milieu des joueurs de 1925 à 1960,

sur le Phénomène Diemer, avec 285 parties complètes...

 

 

ILS ONT DIT :

  

 

 

« La grande silhouette filiforme, toujours vêtue de noir, avec une grande barbe blanche de véritable prophète des 64 cases, de ce vieux Maître allemand qui a terminé sa vie à Umkirch reste dans bien des mémoires. Son jeu ne pourra que ravir les amateurs dont le souvenir est encore plein des Echecs romantiques basés sur des attaques folles, des sacrifices inattendus et qui incarnent tout le plaisir des Echecs. Cet ouvrage très soigné trace un fidèle portrait de ce joueur, éminent amateur, qui mérite de passer à la postérité ».

S. ZINSER, Europe-Echecs, déc. 1997 & Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 2 nov. 1997.

 

« Une biographie échiquéenne scrupuleuse mais aussi une bonne dose d’humour : l’étude de Dany Sénéchaud intéressera autant l’amateur que le jour confirmé, ayant su concilier la nécessaire rigueur des analyses et un style aussi alerte que limpide ».

P. THOMAS, Echecs et Mat, déc. 1997.

 

« Une étude épatante sur l’un des joueurs les plus excitants par son jeu : un gambiteur intrépide et la figure la plus importante dans l’histoire du Blackmar-Diemer ».

MF. E. SCHILLER, Chessworks.com, Hits & Misses, 1998.

 

« La sortie du livre de Dany Sénéchaud dont le sujet est l’œuvre échiquéenne d’un génial illuminé, est un régal pour l’amateur d’Echecs. Si Diemer avait fait de la politique, il eût été révolutionnaire dadaïste. Avec son physique de Sigmund Freud en crise de folie, le ‘‘Missionnaire des Echecs acrobatiques’’ excellait dans l’attaque frontale et épingla, au cours d’une carrière exceptionnellement longue, plusieurs centaines d’adversaires de haut rang ».

J.-P. MERCIER, Libération, 17 oct. 1998.

 

« Dany Sénéchaud a réussi à rendre un des derniers joueurs de café romantiques
accessible pour tous ceux qui aiment les Echecs. Un monument pour un
individu déroutant
 ».

B. H. WILDERS, NRC-Handelsblad (quotidien hollandais), 16 avril 1998.

 

« Au final, c’est une agréable lecture, pleine d’Echecs combinatoires et originaux ».

GMI. T. KOSTEN, Kingpin, printemps 1999.

 

 

 

 

*   *   *

 

 

Ci-après quelques articles complets parus sur mon livre :

 

 - dans " l'Humanité " par Maître Fide Eric Birmingham ;

 

 - sur le site du " Nao Chess Club " par le grand reporter Pierre Albert ;

 

 - dans " le Dauphiné Libéré " par Maître Fide Francis Meinsohn ;

 

 - dans la revue allemande " Rochade Europa " par Dr. W. Schweizer ;

 

 - " Chroniques en Suisse " par Georges Bertola.

 

 

 

 

 

 

*   *   *

 

 

" L'HUMANITE ", 6 mars 1998, pages Culture

 

 

Le coin du Fou

 

Diemer, missionnaire des échecs acrobatiques

 

 

  Emil Joseph Diemer, né le 15 mai 1908 à Radolfzell, apprend le jeu d'échecs à l'âge de douze ans. A partir de 1934, le jeu prend une autre dimension à ses yeux: "Il faut jouer le plus activement possible et ceci même avec les Noirs!" Il enregistre ses premiers résultats convaincants en 1935-1936 et 1936-1937. 1956 est l'apogée de sa carrière: premier à Beverwijk, à Rapperswil, à Kampen etc. Dans les années soixante-soixante-dix, il ne joue guère que 2 ou 3 tournois chaque année, se consacrant au jeu par correspondance. Dans l'ultime décennie de son existence (il meurt en 1990, à quatre-vingt-deux ans) Diemer fit quelques retours sur l'avant-scène, dont le dernier en 1984.

  Dany Sénéchaud, un joueur français, admirateur du jeu de Diemer, a édité a compte d'auteur: Emil Diemer (1908-1990) missionnaire des échecs acrobatiques, collection de l'Amateur. Ouvrage de 226 pages disponible chez l'auteur au prix de 130 francs (D. Sénéchaud, 4, rue des Trois-Rois, 86000 Poitiers. Tél: 05.49.50.61.95.


E. Diemer - E. Gereben

Zwolle, 1959

Gambit Blackmar-Diemer

1. d4 d5; 2. e4 dxe4; 3. Cc3 Cf6; 4. f3 (ce coup invite les Noirs à jouer contre le Gambit Blackmar-Diemer), 4... exf3; 5. Cxf3 Fg4 (ce clouage constitue une façon de jouer fort naturelle, donc commode!); 6. h3! (voyons comment Diemer, avec les Noirs cette fois, punit un autre essai: 6. Fc4 e6; 7. Fe3 Fd6; 8. 0-0 Fh5; 9. d5 Fxh2+!!; 10. Rh1 ((10. Rxh2 Cg4+; 11. Rg1 Cxe3-+)); 10... exd5; 11. De1 0-0; 12. Cxh2 dxc4; 13. Fg5 Cbd7; 14. Dh4 h6; 15. Fxf6 Cxf6; 16. Txf6 Dxf6; 17. Dxh5 Tad8; 18. Tf1 Dg6; 19. Df3 c6; 20. Tf2 Tfe8 et les Noirs s'imposèrent, Sohm-Diemer, correspondance 1955), 6... Fxf3; 7. Dxf3 c6; 8. Fe3 e6; 9. Fd3 Cbd7; 10. 0-0 (10. g4!? Fb4; 11. 0-0 h6; 12. Tae1), 10... Fe7; 11. Tf2! (Diemer ici, donne une jolie démonstration stratégique: l'avantage à réaliser passe par l'investissement des colonnes semi-ouvertes), 11... 0-0; 12. Taf1 Da5 (12... Cb6; 13. Ce4 Cbd5; 14. Fg5 Dd7; 15. Cxf6+ Cxf6; 16. Fxf6 Fxf6?; 17. De4!); 13. g4 h6? (13... Cd5; 14. De4 g6; 15. Fh6 Cxc3; 16. bxc3 Dxa2; 17. Fxf8 Txf8; 18. h4!? l'attaque blanche continue); 14. h4 c5; 15. g5 hxg5; 16. hxg5 cxd4.

17. Dh3!! (Me Gereben est en grand "zeitnot", manque de temps de réflexion, et Diemer choisit, avec raison, le plus spectaculaire! Néanmoins plus sûr était 17. Fxd4 Dxg5+; 18. Rh1 Dh4+; 19. Th2 Dxd4; 20. Dh3 Ch5; 21. Fh7+! ((21. Dxh5? f5!)), 21... Rh8; 22. Dxh5+-), 17... dxe3; 18. Tg2 Tfc8; 19. gxf6 Cxf6? (après 19... Fxf6! les Noirs se défendaient); 20. Dh6! g6; 21. Fxg6! (les Blancs forcent le mat après 21... fxg6; 22. Dxg6+ Rf8; 23.Dg8#); 1-0.


E. Diemer - P. Seewald

Beverwijk, 1961

Gambit Blackmar-Diemer

1. d4 d5; 2. e4 dxe4; 3. Cc3 Cf6; 4. f3 exf3; 5. Cxf3 g6; 6. Fc4 Fg7; 7. 0-0 (7. Ce5!? La question étant: ce positionnement du Cavalier en avant poste n'est-il pas prématuré? Par exemple: 7... 0-0; 8. Fg5 Cbd7; 9. 0-0 c5! Dr Unruh et M. Klop et Niephaus), 7... 0-0; 8. De1 (la variante Hoff-Weidenhagen. Diemer lance, très t"t, la manéuvre offensive typique Dd1-e1-h4. Cependant, il avait une telle confiance dans l'avance de développement obtenue pour le pion qu'il pouvait aussi bien choisir le plus tranquille Fc1-f4 puis seulement, mener une attaque en règle. Un exemple: 8. Ff4 c6; 9. Dd2 Cbd7; 10. Tae1 Cb6; 11. Fb3 Cbd5; 12. Fh6 b6; 13. Ce5 Fb7; 14. Tf3 Cc7; 15. Th3 Fxh6; 16. Dxh6 Dxd4+; 17. Rh1 Df2; 18. Cd3 Df5; 19. Ce4! Cce8; 20. Cg5 Cg7; 21. Tf3 Dg4; 22. Txf6 Dh5; 23. Fxf7+ Rh8; 24. Txg6+-) 8...c5?! (8... Cc6!?; 9. Dh4 Cg4; 10. Ff4 Fxd4+; 11. Rh1 Ff6; 12. Fg5 Ce3; 13. Tad1!! Fd7; 14. Ce4 Cf5; 15. Df4 Fxg5 avec une position incertaine Diemer-Muller, Biel 1975); 9. dxc5 Cbd7; 10. Fe3 Cg4; 11. Td1 Da5; 12. Td5!! Cgf6.

(12... Cxe3; 13. Dxe3 e6; 14. Tg5 Fh6; 15. Rh1!); 13. Dh4!! (un sacrifice de qualité audacieux qui vise une démolition expresse de la défense noire!), 13... Cxd5; 14. Cxd5 Cf6; 15. Cxe7+ Rh8; 16. Cg5 Ch5 (sinon 17. Txf6 et mat en h7); 17. Txf7 Ff5; 18. Fd4! Ff6?? (18...Cf6?? 19.Dxh7+ Cxh7 20.Fxg7#; 18...Fxd4+?? 19.Dxd4+ Cf6 20. Txh7#); 19. Fxf6+? (en crise de temps Diemer rate 19. Txh7 mat!), 19... Cxf6; 20.D xh7+ (les Noirs abandonnent à cause de 20... Cxh7; 21. Txh7#); 1-0.


 

Maître Fide ERIC BIRMINGHAM

 

 

 

*   *   *

 

 

 Sur le site du Club parisien Nao-Caïssa

 

LA BIBLIOTHEQUE DES ECHECS

 

 

Un missionnaire des échecs acrobatiques :

 

Emil Joseph Diemer

 

Les Echecs ont leurs conquérants volant de victoire en victoire, mais aussi leurs missionnaires qui suscitent des vocations, endoctrinent les prosélytes, propagent la ferveur. Le maître allemand Emil Joseph Diemer (1908–1990) a été l’un d’eux. En témoigne l’ouvrage que lui a consacré l’historien et chroniqueur du noble jeu, Dany Sénéchaud, qui s’en est fait le héraut.(*)

 

Joueur brillant à l’extrême, au jeu offensif outrancier fait de trouvailles fabuleuses et (d)étonnantes, Diemer a traversé l’« Institution » des maîtres d’après-guerre comme un électron libre, jalonnant son parcours de prouesses dignes d’une anthologie des prix de beauté. C’est, en substance, ce que nous fait découvrir D. Sénéchaud.

 

 

Un romantique fou des échecs

 

 

En exergue de son livre, l’auteur fait figurer cette analyse du joueur d’échecs due au grand chercheur Albert Binet, - disciple de Charcot et précurseur de Jung - dont les travaux ont fait progresser à grands pas la psychologie expérimentale (Cf. ses tests et son échelle de l’intelligence).

 

Le jeu d’échecs, présente un caractère distinctif qui manque aux mathématiques, a constaté Binet. C’est un combat dont les adversaires luttent l’un contre l’autre d’intelligence de sang-froid, de prudence, d’adresse. Il y a dans une partie tout ce que l’on trouve à la guerre, les fausses manoeuvres, les embuscades, les ruses, les menaces, les charges à fond de train. Le joueur heureux possède, je ne dirai pas des qualités guerrières, mais une certaine aptitude pour le combat des idées et, en somme, autant de qualités morales que de qualités intellectuelles ».

 

Avec Sénéchaud, on le voit, nous nous trouvons en bonne compagnie. La citation qu’il a choisie donne le ton de son ouvrage : précision, rigueur, références puisées aux meilleures sources.

 

Qui était Emil Diemer ? Les amateurs, dans leur majorité, n’en connaissent guère que le fameux gambit à controverse dont il est le co-auteur avec l’Américain A. Blackmar. Pour le décrire physiquement, D. Sénéchaud a passé la plume à l’un des champions de France des années 60, Michel Roos, qui l’a bien connu et en a laissé un portrait haut en couleurs.

 

«… Il correspondait tout à fait aux gravures représentant le Don Quichotte de Cervantès. Long, maigre presque décharné, dégingandé, il marchait à grands pas, en quelque sorte le nez au vent, un peu illuminé, peut-être plus qu’un peu. Du moins, c’est ainsi qu’il reste dans mon souvenir - peut être un peu transformé par le temps écoulé. C’était un fou des échecs, sympathique et attachant. Il a apporté, par sa foi, une éminente contribution à leur richesse».

 

E. Diemer était né à Radolfzell, sur une presqu’île du lac de Constance réputée pour ses vignobles. Sa découverte du monde des échecs remonte à ses douze ans, mais il n’a été réellement atteint par le virus qu’après avoir assisté, en 1934, au match Alekhine-Bogoljubov, dont le premier sortit champion du monde. S’il n’accéda jamais au titre de maître, il n’a cessé de côtoyer l’élite mondiale d’alors et il lui est arrivé de malmener quelques adversaires prestigieux : Alekhine (simult.), Bogoljubov (simult.), Pavlovic, Samisch, etc. Ses plus beaux titres, il les a conquit à Hastings, en 1936/37, à Beverwijk, à Kampen et à Rapperswill en 1956.

 

Dans son livre, Dany Senéchaud commente les prouesses du fascinant joueur romantique que fut Diemer. Il en détaille nombre d’exemples parmi une kyrielle de prestations plus ou moins connues. Il s’attarde sur certaines lignes de jeu que pratiquait son héros, gambiteur inventif et chef de file d’un jeu à haut risque. On le sent profondément séduit par cet illuminé des 64 cases qui dépensait, sans compter, son talent et sa verve de militant à la culture échiquéenne, multipliant, articles, lettres ouvertes, ouvrages de toutes sortes, reportages sur des matches importants. Tout cela pour le plus grand plaisir des amateurs…

 

On ne peut dire (ou faire) mieux que reproduire, ci-dessous, la partie fameuse entre toutes que Diemer disputa, en 1975, contre Trommsdorff, à Bagneux, en région parisienne. Une partie qui illustre à merveille le style flamboyant du missionnaire des échecs acrobatiques et que Sénéchaud ne craint pas d’appeler l’Immortelle de Diemer.

 

 

 

L’ « Immortelle » de Diemer

 

 

  Difficulté et richesse (Le Lionnais), « l’esprit vainc la matière » (Réti, Tartakover), effet d’optique (Tartakover), pugnacité (Steinitz), adaptation à l’adversité et « horreur de l’habituel » (Alekhine), sont les critères qui plaident en la faveur de l’attribution de ce titre de noblesse échiquéenne ! Et si le partage du point et les imprécisions du final ne semblent pas à même d’entacher l’œuvre, c’est que l’impression de combativité et d’inventivité dégagée l’emporte encore !

 

E. DIEMER - F. TROMMSDORFF, Bagneux 1975

 

1.d4 Cf6 2.Cc3 g6 3.e4 d6 4.Fe2 c6! 5.g4 b5! Une défense Pirc [B07] à double-tranchant s’engage…

6.g5 Cfd7 7.h4 b4 8.Cb1 d5! 9.e5 e6 10.h5 c5 11.hxg6 fxg6 12.Fd3! Fg7! 13.Txh7! Txh7 14.Fxg6+ Re7 15.Fxh7 cxd4 16.f4 Dh8! 17.Dh5 Fa6 18.Cf3 Cc6 19.Ch4 Cf8 20.g6 Rd7! 21.Cd2 Rc7! 22.Cdf3 Cd7 23.Fd2 Df8 24.Cg5 Te8 25.Dg4 Cdxe5! 26.Dh3 Cc4 27.Cxe6+ Rd7! Un sang-froid remarquable.

28.f5 Cxd2! 29.0-0-0!! Df6 30.Cxg7! Te3! 31.Ch5! Dg5! 32.Dg4!! b3!!

  Les opposants maintiennent leur pièce majeure en prise, livrant un coude à coude titanesque. Le jeu d’échecs édifié en art martial de l’esprit !

  Un moment rare dans lequel on peut sûrement cerner de quelle manière ce jeu supporte les ‘conceptions esthétiques’ comme tout autre art. Dans le roman Fous d’échecs de Rezvani, l’égérie du champion du monde ose ce rapprochement déjà cher à F. Le Lionnais :

 

  « Aux Echecs nous sommes d’incurables tacticiens du faux-semblant. (...) Ainsi, toute tentative faite pour attribuer (à ce jeu) un caractère scientifique, au sens positiviste de ce mot, est non seulement vaine, mais purement désastreuse. La vérification empirique, l’épreuve positive de la science, ne peuvent être appliquées à ce qui est pleinement dans la conscience. Disons plus littérairement qu’il n’est pas possible d’éliminer la poésie des Echecs. » (p. 163)

 

33.axb3 Cxb3+! 34.Rb1! Incroyable ! Les deux pièces maîtresses demeurent en prise et nos joueurs sont maintenant en crise de temps. Par voie de conséquence, la situation atteint doublement son summum d’intensité. Dans l’un de ses « à propos » Diemer expliquait :

 

« Les non-initiés lisant des articles au sujet du Zeitnot des Maîtres, dans tel ou tel tournoi, me demandent encore et toujours : Qu’est-ce que le Zeitnot?

Oui, à vrai dire, pourquoi tombons-nous irrésistiblement en Zeitnot ? Je pense que cela est étroitement lié à la nature humaine, à sa soif de savoir, avec celle qui, jusqu’au dernier soupir, permet de souhaiter et d’obtenir l’ultime connaissance. » (in Du premier coup jusqu’au mat !)

 

34...Td3!? 35.Dg1?! [ 35.cxd3 Fxd3+ 36.Ra2 Cc1+ ]

35…Cd2+ ! 36.Ra1 Dd8?! [ 36...Cb4!! ]

37.Cf6+ Rc8 38.Txd2 Da5+ 39.Rb1 Cb4 40.Txd3 Da2+ 41.Rc1 Cxd3+? [41...Da1+! 42.Rd2 Dxg1 43.Cg4 Dxg4 44.f6 Cxd3-+ ]

42.Rd2! Da5+ 43.Re2? [ 43.c3 dxc3+ 44.bxc3 d4 45.Dxd4 Da2+ 46.Re3 Df2+ 47.Re4 Dxh4+ 48.Rd5+- ]

43…Ce5+, 1/2 –1/2.

 

  A ma connaissance, Diemer n’a jamais relaté cette partie, dans l’un des nombreux articles qu’il concoctait en direction des amateurs. Sûrement aurait-il mentionné, d’emblée, l’énergie combative de son adversaire.

 

  Alekhine lui-même eut été content de cet adversaire. Il se plaignait d’ailleurs une fois, au sujet de l’attribution d’un Prix de Beauté, que l’artiste aux Echecs dépend du jeu de son adversaire. Par suite d’un jeu léger, ce dernier risque de détruire les plus belles idées créatrices, raison pour laquelle l’art de jouer aux Echecs est le plus tragique de tous les arts. Ici, les deux joueurs rivalisèrent d’ingéniosité jusqu’à ne plus pouvoir se départager !

 

[ commentaires D. Sénéchaud ]

 



 

Pierre Albert

 

 

 

_______________

(*) Emil J. Diemer (1908-1990), missionnaire des échecs acrobatiques. 3è édition enrichie, 2003. Postface par Dr Michel Roos. 263 pages

 

L’AUTEUR. Après des études de philosophie, Dany Sénéchaud s’est orienté vers l’enseignement du français. Il a concrétisé sa passion pour le jeu des rois par ses articles dans différents médias - et notamment sur le site internet Mieux Jouer Aux Echecs.

 

 

 

 

*   *   *

 

 

" Le Dauphiné Libéré ", 2 janvier 2005



Le BDG, plus qu'un gambit, un état d'esprit...


  Il y a des secteurs du jeu d'échecs que les professionnels dédaignent mais qui font la joie des amateurs... Il en est ainsi du " Blackmar-Diemer Gambit " qui consiste à sacrifier le pion du roi (après 1.d4 d5 2.e4) afin d'ouvrir toutes les lignes sur l'adversaire (après par exemple 2...dxe4 3.f3 exf3 4.Cxf3).

  Emil Diemer, décédé en 90, était un maître allemand. Une silhouette grande et maigre avec une longue barbe de patriarche, facilement reconnaissable et au jeu particulièrement brillant et controversé. Il a lancé dans son pays un véritable courant de pensée qui a désormais atteint la France.

  " Le style de Diemer va bien au delà d'une simple variante d'ouverture. C'était un joueur brillant à l'extrême, au jeu outrancièrement offensif, fait de trouvailles fabuleuses, de gambits tonitruants et de nombreux sacrifices ingénieux et (d)étonnants ". Ainsi s'exprime Dany Sénéchaud, l'auteur de " Emil Diemer (1908-1990), missionnaire des Echecs acrobatiques ", l'ouvrage de référence que les adeptes se recommandent avec enthousiasme. (*)

  Citons l'un de ces adeptes :

  " Que le Gambit soit faux, nous arrange encore plus : de cette façon les Maîtres nous le laissent jouer ! Franchement quelle gloire irais-je tirer d'une défense Slave alors que je sais que je n'inventerais rien avant le 20ème coup. Pour moi, le BDG signifie plus que l'abréviation allemande de Gambit Blackmar-Diemer, c'est Bienvenue dans la Dimension Gambitesque... Quand on découvre Diemer, le jeu d'échecs change du tout au tout ! "


Maître Fide Francis Meinsohn


(*) 263 pages, postface par Dr Michel Roos. Commande auprès de l'auteur : dsenechaud(at)free.fr



 

*   *   *

 

Rezension(en)

13 Jahre ist er nun schon tot, der "Missionar des künstlerischen Schachs" Emil Joseph Diemer (1908-1990), aber das Gedenken an ihn und sein Lebenswerk, das Blackmar-Diemer-Gambit (BDG), will nicht verblassen: Das französischsprachige Buch über den "Propheten von Muggensturm" erscheint nach 1997 und 1998 bereits in der dritten (!) Auflage und enthält hauptsächlich eine Sammlung von 285 Partien des kauzigen Meisters, garniert mit einigen biografischen Daten und Anekdoten.

Verglichen mit dem Werk seines Biografen Georg Studier: "E. J. Diemer. Ein Leben für das Schach, im Spiegel seiner Zeit", erschienen 1996 bei M. Mädler, Dresden (und seinerzeit auch in der RE besprochen), enthält das französische Buch mehr Partienmaterial, aber weniger lebensgeschichtlichen Background.

Dany Sénéchaud präsentiert den Stoff in drei Kapiteln:

1) Das Blackmar-Diemer-Gambit 1.d4 d5 2.e4 d:e4 3.Sc3 Sf6 4.f3 (S. 9-110):

a) Annahme des BDG mit 4...e:f3 5. S:f3 und dann 5... Lg4 (Teichmann), 5...Lf5 (Tartakower/Gunderam), 5... e6 (Euwe), 5... g6 (Bogoljubow), 5... c6, 5... b6, 5... Sbd7. Die Variante 5.D:f3 mit den Fortsetzungen 5...D:d4 (Ryder), 5... Sc6 (Tautvaisas), 5...c6 (Schuppler), 5...g6 (Bogoljubow).

b) Ablehnung des BDG mit 4... Lf5 und nun 5.g4/5.f:e4; oder mit 4...e6 bzw. mit 4...e3.

c) Anti-BDG-Sy steme wie 3...e5 (Lemberg-Gambit), 3...f5 (Staunton-Gambit), 3... Lf5 (Zeller-Variante), 1. d4 Sf6 2.Sc3 d5 3.e4 S:e4 (Hübsch-Gambit), 1.e4 c6 2.d4 d5 3. Sc3 d:e4 4.f3 (Milner-Barry-Gambit).

d) Das Diemer-Gambit 1.d4 Sf6 2.f3 d5 3.e4, das Duhm-Diemer-Gambit 1. d4 d5 2.e4 c6/e6 3.c4, das Alapin-Diemer-Gambit 1.d4 d5 2.e4 c6/e6 3. Le3, das Rosenberg-Diemer-Gambit 1.d4 d5 2.e4 d:e4 3. Le3, das Fritz-Gambit 1.d4 d52.e4 d:e4 3.Lc4.

In diesem umfangreichen Kapitel werden 122 Diemer-Partien und 25 seiner Anhängerschaft ("BDG-Gemeinde") gebracht.

2) Spielen auf Matt vom ersten Zug an! (S. 111-184) mit 72 Diemer-Partien und 17 anderen:

a) Bajonett-Angriff 1.d4 d6 2.e4 Sf6 3.Sc3 g6 4.Le2 Lg7 5.g4;

b) der "Schwarzwald-Drache" = das Simagin-System in Sizilianisch;

c) Nimzowitsch-Eröffnung 1.e4 Sc6;

d) Lettisches Gambit, Englund-Gambit, Diemer-Gambit 1.Sf3 g5, Humphrey-Bogart-Gambit 1.d4 Sf6 2.g4.

3) Weitere bemerkenswerte Diemer-Partien (91 an der Zahl) in chronologischer Reihenfolge von 1933 bis 1984 (S. 185-223).

Der Anhang (S. 224-259) enthält u.a. zeitgeschichtliche Dokumente und Briefe, ein Nachwort des bekannten IM Dr. Michel Roos (1932-2002), eine Zeittafel mit Diemers Turniererfolgen sowie einige schwarz-weiße Abbildungen mit Diemers vollbärtigem Charakterkopf. Kompromissloses Angriffsschach, Gambit- und Opferspiel im romantischen und künstlerischen Gewände -für all dies stand Diemer, all dies fasziniert nicht nur seine "BDG-Gemeinde", und deshalb wird der vorliegende Band nicht nur im Kreise seiner "Jünger" Verbreitung finden! Eine Diemer-Miniatur zum Abschluss gefällig? Bitte sehr: Diemer - Locher, Lindau 1950 (Partie Nr. 36 auf S. 40): 1.d4 d5 2.e4 d:e4 3.Sc3 Sf6 4.f3 e:f3 5.D:f3 D:d4 6.Sb5 Db6 7.Le3 c5 8.Lf4 Sa6 9.a4 Dc6? 10.Sd6+! Kd8 11.S:f7+ Ke8 12.Lb5 1:0.

 

Dr. W. Schweizer, " Rochade Europa ", 06/2003



 

*   *   *

 

 

Georges Bertola, " Chroniques en Suisse ", avril 2005

 

(…)

IL Y A 50 ANS !



  Dans la REVUE SUISSE de décembre 1955, Emil Joseph Diemer commentait la partie suivante : (Les ! sont de Diemer)


BORSDORFF–HOSTETTLER
Correspondance 1955
Gambit Blackmar-Diemer D00



  « Je n’ai jamais rien vu de pareil » opina spontanément le célèbre compositeur d’études Paul Heuäcker lorsque au cours du championnat d’Allemagne à Francfort je lui soumis cette partie exceptionnelle où le roi des noirs joue un rôle vraiment héroïque. E. J. Diemer

1.d4 d5 2.e4 dxe4 3.Cc3 Cf6 4.f3 exf3 5.Cf3 Fg4

La défense Teichmann, une ligne populaire et importante. Les noirs développent le fou hors de sa chaîne de pions avant de jouer ...e6. G. Lane

6.h3!

La raison pour laquelle les blancs jouent invariablement ce coup et que si les noirs échangent sur f3 la dame attaque b7. G. Lane

6...Fxf3! 7.Dxf3 c6 8.Fe3 e6 9.Fd3 Fb4

Si invraisemblable que cela puisse paraître ce coup naturel du fou est déjà le coup perdant à échéance lointaine. Il facilite considérablement l’attaque des blancs qui eut été bien plus laborieuse après 9...Fe7! Si les noirs s’étaient défendus avec soin et exactitude. E. J. Diemer

10.0-0 0-0

Nécessaire est 10...Fxc3 11.bxc3 Cbd7 pour tempérer le jugement de Diemer et alors 9...Fb4?! ne peut pas encore être qualifié de coup perdant.

11.Ce4! Cbd7 12.Fg5 Fe7 13.Tae1!

Ce coup qui parachève le développement des blancs a été concédé gratuitement lorsque les noirs jouèrent le coup irréfléchi 9...Fb4. Ainsi 13...Cxe4 14.Dxe4 g6 15.Fh6 Te8 16.Txf7! aboutirait déjà au mat par 16...Rxf7 (16...Ff6 17.Txh7! G. B.) 17.Dxe6. E. J. Diemer

13...Db6

Ce n’est pas au pion b2 qu’ils en veulent. E. J. Diemer

14.c3 Ce5 {?}

Gagne bien la qualité. Mais, 35 coups plus tard, ce sera le roi des noirs qui sera perdu ensuite d’une série de coups forcés. E. J. Diemer

15.Cxf6 Fxf6 16.Txe5

La rédaction de la revue remarquait « ou mieux 16.Fxh7! Rxh7 17.Dh5 Rg8 18.Txf6! Etc. » Pourtant 18...Cg6! résiste G. B.

16...Fxe5 17.De4 f6

N’entre naturellement pas en ligne de compte 17...g6 18.Dxe5. E. J. Diemer

18.Dxh7 Rf7 19.Fg6 Re7 20.Dxg7 Rd6 21.Fe3 Fg3 22.c4 Dc7 23.c5 Rd5

Jusqu’ici des coups forcés. A présent sous l’empire de la nécessité, les blancs élaborent un chef d’œuvre, fait de menaces de mat qui ne laissent pas de choix. E.J. Diemer

24.Fe4!

L’auteur du fameux «Vom ersten zug an auf matt!», surnommé le missionnaire des échecs acrobatiques par Dany Senechaud qui lui a consacré une biographie très documentée (une référence!), était certainement un inconditionnel de l’attaque et des échecs spectacle pourtant ici «Fritz 8» lui dame le pion avec l’incroyable 24.Fh5!! et après 25...Dxg7 26.Ff3 Rc4 27.Tc1 c’est mat en six!

24...Rxe4 25.Dg4 Rxe3 26.Tf3 Rd2 27.De4 Da5!

Pare la première menace de mat 28.Dd3 suivi de 29.Tf1. E. J. Diemer

28.Db1!!

Vrai coup de problème, et pas le dernier. Le mat par dame et tour menace à nouveau, et les noirs trouvent une nouvelle parade. E. J. Diemer

Fritz conteste et annonce mat après 28.Td3 Rc1 29.De3 Rb1 30.Td1 Rxa2 31.De6 Rxb2 32.De2 Rb3 33.Tb1, etc.

28...Db5 29.Tc3

Avec un nouveau mat en vue, cette fois sur les cases noires mais... E. J. Diemer

29...Ff2!

Révèle soudain de la part des noirs des velléités de gain. Car sur 30.Rxf2 la riposte De2! forcerait l’échange des dames et les noirs demeureraient avec une tour d’avance. E. J. Diemer

30.Rh2 f5!

La menace était 31.Dc2 suivi de 32.De4. E. J. Diemer

Ce n’est pourtant pas clair, ce coup semble une erreur, 30...Tad8!? est plus logique car il active une tour sans affaiblir e5... 31.Dc2 Re1 32.De4 Rd1 et le mat n’est pas encore visible à l’œil nu. Par exemple si comme dans la partie 31.a4 Da6 32.Dc1 Re2 33.Tc2 Rd3 34.Dd1 Re4 34.Df3 Rxd4 les blancs n’ont apparemment que le perpétuel.

31.a4!! Da6

C’est maintenant que commencent les vraies difficultés. La suite primitivement prévue 32.Dc2 Re1 33.Ta3 échoue du fait d’un second sacrifice de fou, soit: 33...Fg3 34.Txg3 De2! 35.Dc1 Dd1! 36.Te3 Rf2! Et la finale de dame contre deux tours ne pourrait guère être gagnée d’autant plus que le roi blanc est trop mal posté pour collaborer à une attaque de mat. Mais ici les blancs auraient pu annoncer un mat en 18 coups. E. J. Diemer

32.Dc1 Re2 33.Tc2 Rd3 34.Dd1 Re4 35.Df3 Rxd4 36.Df4! Rd5 37.Td2 Rxc5 38.b4! Rb6 39.a5 Rb5 40.Dxf2!

Au moment où la dame des noirs est momentanément hors jeu. Les noirs abandonnent un peu prématurément. Car seul aboutirait au mat la variante précise suivante 40...Rxb4 41.Tb2 Ra3 42.Ta2 Rb4 43.Db2! Rc5 44.De5 Rb4 45.Tb2 Rc4 46.Tc2 Rb3 47.Dc3 Ra4 48.Ta2 Rb5 49.Tb2 Ra4 50.Db4 mat. Une partie extraordinaire avec des commentaires pertinents et enthousiastes de Diemer. Toutefois le caractère «forcé» de certaines variantes est fondé essentiellement sur la subjectivité de Diemer et non sur l’objectivité de la position.

1-0.                                                                            G. Bertola



 *   *   *



17/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres