le Bouquinoire, blog littéraire

Emmanuel Lasker penseur méconnu

 

Eléments d'Histoire culturelle du jeu / 4

 

 

Emmanuel Lasker(1868-1941) penseur méconnu

 

 

 

Bien qu’il ne fut uniquement perçu après sa mort qu’en tant qu’éminent joueur d’échecs, Emmanuel Lasker pour sa part se voyait avant tout comme un philosophe et espérait laisser le souvenir de sa contribution dans le domaine philosophique. Depuis les années 2000, une société savante, la Lasker-Gesellschaft, s’est donnée pour mission de faire redécouvrir ce penseur en redessinant les grands moments de sa vie et bien sûr en rendant de nouveau disponibles pour la lecture, c’est-à-dire intelligibles pour notre temps, ses travaux théoriques. Ci-après une présentation des travaux intellectuels de Lasker dans les domaines de la pensée et de l’abstraction qui l’occupèrent et ceci dans l’ordre qu’il eut pu lui-même souhaiter : - la Philosophie ; - les Mathématiques ; - les Echecs ; - autres jeux.

 

 

Des essais philosophiques à redécouvrir

 

Mathématicien élève de David Hilbert, philosophe, dramaturge, champion de bridge, créateur d’un jeu — le Lasca —, et grand champion d’échecs qui conserva le titre mondial durant 27 années (de 1894 à 1921 !), docteur en mathématiques et docteur en philosophie, Emmanuel Lasker, esprit brillant, fut un auteur assez prolifique. Toutefois, auteur méconnu de son temps et oublié de nos jours, les citations de ses ouvrages quand elles existent, sont parfois erronées, voire caricaturales. Raison pour laquelle je propose ici le corpus de ses œuvres et commentaires dédiés — d’autant plus que l’on ne trouve pas cela à ce jour ni aucun commentaire en français sur lui en dehors de la communauté des joueurs d’échecs…

 

Relevons, de prime abord, que particulièrement depuis des travaux éminents comme ceux de Kronecker (1823-1891), de Frege (1848-1925) et de Hilbert (1862-1943), mathématiques et logique connaissent des destinées communes, du moins entrelacées, et c’est dans ce sens, dans cette lignée, que l’on trouve chez Lasker une préoccupation théorique liée à une logicisation omniprésente. De son opuscule La lutte (1907) à son article « On the definition of Logic and Mathematics » (1935), aux deux livres au titre significatif, Le sens commun aux échecs (1895) et La logique dans les jeux de cartes (1929), on voit de quelle manière Lasker étudie la racine « logique » de ces activités et pour ce qui est des jeux en général et des Echecs en particulier, au principe dynamique interne à la pratique du jeu et à sa psychologie (mais à comprendre comme processus cognitif et intersubjectif, dirait la science d’aujourd’hui) ; donc sa « logique » en tant que du moins définition de ses principes théoriques structurants et définition de ses aspects pratiques humains. Sa thèse de philosophie, La lutte (1907), sur la Pensée stratégique, inaugurant cette occupation de comprendre de quoi relève la logique du jeu, ses fondements, et par la même l’idée mais aussi la praxis de lutte. Ce point étant l’identité centrale de sa philosophie.

On peut, par ailleurs, indiquer de quelle façon il y a une visée systématique et « totalisante » de compréhension chez Lasker qui réalisa, outre plusieurs traités spécifiquement analytiques sur les jeux, plusieurs ouvrages dans ce sens : - L’illusion de notre adversaire (1916) ; - La conception du monde du joueur (ca. 1941), mais aussi deux autres volumes de type encyclopédique : Encyclopédie des jeux (1929) et Jeux de table de différents pays (1931).

Bien sûr, il faudrait opérer une lecture précise de ses textes peu courants afin de saisir en quoi Lasker apporte en ce début de siècle des éléments pertinents pour la littérature de la Lutte, en passant par la pratique et la logique des jeux, singulièrement des Echecs, la lutte entre deux intelligences et la connaissance des adversaires en présence en tant que deux volontés de victoire. Le point central de sa philosophie résidant dans le concept du « Machéide ». Le « Machéide », un terme formé par Lasker dérivé du grec Machee et signifiant : « le fils de la lutte ». Ceci en tant qu’il est le résultat de millions d’années de combat dans la lutte de (pour) la vie ; l’individu victorieux, celui qui a gagné par la progression et l’élévation, la transformation nécessaire de ses aptitudes mentales, l’individu perfectionné par le combat et la sélection naturelle.

 

 

Une philosophie de l’optimisation

 

À la différence des applications des théories sociales la « théorie de lutte » laskerienne pose la question de la structuration de comportement (individuels, mentaux…) optimale. La philosophie devant déterminer les lois de cette lutte : Pour le combattant idéal la liberté de choix se dispute avec les « enchères de l’opportunité la plus élevée » comme autant d’occasions d’atteindre des avantages. La philosophie spéculative laskerienne est une tentative ambitieuse de sonder la portée de la Pensée stratégique. Les expériences des sciences naturelles consistent à lutter contre un adversaire inconnu. L’inventeur a à surmonter « des résistances qui se trouvent dans la chose elle-même ». Et puisque la nature joue toujours avec les mêmes règles, Lasker pense que ses réflexions menées sur le jeu d’échecs seront aussi fructueuses pour le scientifique. Cette conception apparaîtra assez réductionniste par trop formelle.

La philosophie de Lasker offre en quelque sorte une phénoménologie du jeu d’échecs. Il défend énergiquement sa complexité et par ailleurs, stipule que les Echecs sont un jeu d’équilibre ce qui autorise le développement d’un style individuel dans la confrontation. Le joueur idéal est capable de construire un plan (planifier un processus) et doit faire preuve d’esprit indépendant. Par cette voie (les principes de la pratique relèvent de la « théorie des jeux »), cette théorie du succès, liée à la notion d’équilibre, de balance stratégique (les deux joueurs disposant approximativement des mêmes forces au départ), anticipe les travaux de Zermelo et von Neuman avalisés par la communauté scientifique d’aujourd’hui.

Avec la présentation du problème de l’optimisation (la vie en tant que Optimierungsproblem), Lasker pose également que le hasard (la chance) est soumis aux lois de la probabilité, et a soutenu par conséquent que des joueurs seulement « objectifs » peuvent à la longue réussir. La voie du succès relevant d’une éthique du jeu, il met en garde particulièrement contre la « psychologisation » facile. Son conseil sobre pour le joueur de cartes est : « observer conformément à la statistique, juger d’après les probabilités et se fier au pouvoir de la main ». Avec les jeux de plateaux, il s’agit de reconnaître surtout les caractéristiques objectives d’une position. Comme dans la science, Lasker recommande une procédure par étapes, afin que les opérations de pensée restent toujours compréhensibles et évoluent vers des conséquences démontrables. Et c’est ainsi, petit à petit, step-by-step — on reconnaît la théorie de Steinitz sur l’accumulation des petits avantages positionnels devant conduire au succès aux Echecs —, que « l’oiseau fait son nid ». Sa recherche pour une science de la lutte contredisant complètement l’image répandue de Lasker comme joueur « psychologique », qui vise à exploiter, quitte à s’affaiblir soi-même en rompant l’équilibre, des points faibles remarqués chez l’opposant ; avec les deux armes redoutables que sont la ruse et la manipulation. Les deux caractéristiques centrales pour Lasker dans la lutte et en premier lieu aux Echecs sont, dans un mouvement d’oscillation dialectique : la coopération et la compétition.

 

Lasker met au centre de ses traités l’homo ludens et aussi l’homo œconomicus qui doit développer dans le jeu des forces libres des « vertus moyennes » : Patience, précaution, prévoyance, action contrôlée. Ces impératifs peuvent facilement être lus comme un mode d’emploi de théorie de société libérale. Mais pourtant sa théorie reste profondément humaine : Son darwinisme organisé strictement d’après des règles contient toutes les composantes de la concurrence équitable, avec laquelle les adversaires sont envisagés de manière équilibrée et également. La philosophie laskerienne contient une forte dimension morale et esthétique dérivée du jeu d’échecs, d’un jeu de société métaphoriquement guerrier mais sans aucune effusion de sang, et qui ne donne pas vraiment place à des critères de sélection sociale et culturelle. Avec La lutte (1907) et la figure emblématique du Machéide, Lasker met en avant plusieurs principes de l’action réussie auxquels il accorde une importance générale : - le principe du Travail et le principe de l’Economie qui correspondent aux deux concepts d’énergie et de vitalité ; - le Simplex sigillum veri, la caractéristique simple de la vérité (son domaine d’application ne se limite pas au monde des lois de la nature, mais va jusque dans le secteur de l’esthétique) ; - la Balance stratégique (l’équilibre des forces) qui implique d’agir conformément au concept naturel de la continuité (« Nature does not jump »), et selon laquelle il existe une défense opérante contre toute attaque ; - Enfin, le principe de la Logique et de la Justice par lequel Lasker reconnaît que toute exagération (prise de risque inconsidéré) contient déjà le germe de la chute en soi. Donc, planifier consiste à savoir quand développer ses forces, savoir quand attaquer et comprendre le plan adverse. Ainsi, les déclarations philosophiques de Lasker sont portées par des principes moraux : L’homme est obligé à la recherche de vérité et à l’examen critique de ses propres pensées, s’il veut organiser sa vie de manière tant rigoureuse que créative.

 

 

Dany Sénéchaud

Extrait du texte paru :

« Introduction à la pensée et à l'oeuvre d'Emmanuel Lasker (1868-1941) »

in Horizons Philosophiques, Canada, vol. 17, 2006

 

 

Lire l'étude complète (12 pages) :

D. Sénéchaud, « La vie est une partie d'échecs » (le jeu d'échecs en 300 citations du monde entier) ; édition augmentée de « Eléments d'histoire culturelle du jeu » (6 courtes études). La Libre Case, Poitiers, janvier 2013. 159 pages.

Commande auprès de l'auteur : dsenechaud(at)free.fr

 

 

 

 Lasker par David Friedmann, 1923



03/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres