le Bouquinoire, blog littéraire

Vincent Puente, anarpatagraphiste

 

Vincent PUENTE, anarpatagraphiste

 

autour de quelques parutions sous le label

« Paréiasaure Théromorphe »

 

 

Présenter un seul des ouvrages de Vincent Puente relève de la gageure ! C’est pourquoi nous tenterons d’exposer avant tout une démarche d’ensemble nourrie de différentes expériences littéraires et artistiques.

 

 

  Du point de vue du graphisme, les réalisations offertes dans Collages(1996), et Sagesses populaires(1998) s’inspirent des recherches dadaïste et surréaliste du début de ce siècle. Par adjonction d’un titre ou d’un objet à une première image, en jouant avec les mots et les techniques de collages, Vincent Puente explore les domaines oniriques que nous avons délaissés en quittant notre enfance. Du point de vue littéraire — si tant est que l’on puisse ici envisager l’un sans l’autre —, l’exercice du calembour, une façon bien agréable de « triturer » les idées reçues, vient confirmer l’aspect débonnaire de ces écrits. En ouverture de Sagesses populaires, reprise satirique de dictons et proverbes, ces petites phrases moralisantes qui rythment notre vie quotidienne, l’auteur prévient : « (...) ces formules sont le témoignage définitif et inaltérable de cette sagesse populaire dont personne n’arrive à se défaire et qui, dans cet intelligent vingtième siècle, démontrent à ceux qui seraient encore sceptiques que nous ne souffrons nullement de notre bêtise ; au contraire, nous en jouissons parce qu’elle au moins est féconde. »

 

  Avec Portraits : destins hors-normes (1996), De la fourchette au pied (1996) et Ubu ou la manivelle à rien (1997), nous voyons encore se dessiner, à l’ombre des Maîtres de la dérision Alfred Jarry et Raymond Roussel, le « travail d’inutilité publique » que l’auteur s’est fixé comme bonne raison d’écrire ! Tout ceci bien sûr, en référence au Collège de Pataphysique (la science de l’exception et des « solutions imaginaires ») cher à Raymond Queneau et qui « s’attarde » à étudier les problèmes les plus sérieux et les plus importants du monde : les plaisanteries énormes ou subtiles, les curiosités piquantes. Et que le réel n’est que la rencontre fortuite de l’imaginaire avec le particulier !

 

  Dans la quiétude d’une bibliothèque ou d’une librairie ancienne, Vincent Puente aime aussi à dépoussiérer les fonds de tiroirs, à feuilleter les reliques perchées au plus haut des rayonnages — ou tombées derrière ! A ce titre, nous lui devons d’avoir remis en lumière les oeuvres de Isaac von Strogl (qui avait publié à Lourdes en 1699 !) et de Spirr Schmoll (XIXème s.) entre autres... De toi, de moi, qui se souviendra dans cent cinquante ans ?

  Ne nous y trompons pas. Ces travaux « scientifiques » et bibliophiliques nécessitent une vigilance accrue de la part du chercheur pour se rendre digne de cette grande dame courtisée : la vérité historique. Et, accessoirement, auprès d’Edith Andrieu, délectable éditrice de la Librairie de l’Escalier. Pour ce faire, Vincent Puente est devenu au fil des années un « bibliomane » insatiable. Aux exploits interplanétaires somme toute fréquents à notre époque, il préfère la découverte d’auteurs oubliés, d’inventeurs que personne ne dispute à la célébrité et qu’il déniche le plus souvent dans de petits livres énigmatiques.

 

  Historien, écrivain, graphiste, Vincent Puente exerce le métier d’ingénieur. Formé au plus strict académisme des Ponts déchaussés — signalons entre autres choses, qu’il obtint en 1996, le prix Dicquemare pour son perfectionnement de la « Machine à tremper les poissons » —, il a pour devise professionnelle, déjà transmise à son père par son grand-père, lampiste aux égouts de Paris : « avec le temps tout s’arrange, même mal. »

 

L’A-nar-pa-ta-gra-phie... Mais qu’est-ce donc en somme que cela, mon cher ?

 

Allez-y voir, mordiou !

 

 

*

 

 

Editions du Paréiasaure Théromorphe : Librairie de l’escalier, 111 Grand’rue. 86000 Poitiers

 

 

*

 

 

Dany Sénéchaud

 Impressions Atlantiques, mai 1999

 

 

 

 

 

 

 

Parus au « Paréiasaure Théromorphe » :

 

V. Puente, Collages. port-folio de 40 collages, 1996.

, De la fourchette au pied. Histoire, techniques, us et règles, guide du joueur occasionnel ou confirmé (suivi de la relation du concours olympique de fourchette au pied), 1996. [34 p.]

, Portraits anarpatagraphiques : destins hors-normes, 1996. [60 p.] Volume 2 : Souvenirs, gestes et opinions de quelques iconoclastes, 1999. [78 p.]

, Ubu et la manivelle à rien (drame en cinq actes). Illustrations par Hercès, 1997. [64 p.]

, L’entité pataphysique, suivie de l’Hélice à grain (un livre qui donne l’heure exacte de la Basilique Sainte Bernadette !), 1998.

, Aux éditions « des Quatre Mers » : Sagesses populaires. Tome IX de l’Encyclopédie Antipodiste. Illustrations par J. Biniou, Paris, 1998.

 

Et encore :

 

Kasimir Helmut Isaac von Strogl, Tractatus Orbis Animalis Incognitis.Traduction par V. Puente et P. Rondeau. Poitiers, 1995.

Edmond réaliste, 1855-1926 : un savant dans son siècle. Notice biographique par V. Puente. Poitiers, 1996.

 

 

 

Ubu et la manivelle à rien



03/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres