le Bouquinoire, blog littéraire

Un Libraire d'anciens à la campagne

UN LIBRAIRE A LA CAMPAGNE

 

 

 

François Alix, libraire « en chambre » près de Loudun, est spécialisé dans la vente et l’expertise des livres anciens. Son dernier catalogue exclusivement consacré au XVIè siècle, fort de plus de 500 références et fruit de 3 années de travail, est appelé à faire date dans la profession.

 

 

 

  Depuis un peu plus de dix ans qu’il exerce, François Alix a fait sien le mot d’Anatole France : « les seuls livres qui méritent d’être lus sont les catalogues des libraires d’anciens ». Au rythme soutenu de 2 catalogues annuels consacrés aux très beaux livres et quelques catalogues Varia destinés à un plus large public, François Alix, sa compagne Marie-Pierre et un collaborateur, Thierry Connault, ne manquent vraiment pas de travail ! Expertises et achats auprès de bibliophiles ou confrères ; participations aux ventes aux enchères prestigieuses de Paris, de Londres, de Madrid et encore de New York ; recherches bibliographiques et rédaction des notices techniques du catalogue, sont les temps forts de ce métier passionnant, explique le maître de maison. « C’est surtout un travail très exigeant, souligne-t-il, car nous avons une clientèle avisée. Il est évident que les grands collectionneurs privés et les « institutionnels » (bibliothèques, archives, musées) qui peuvent débourser jusqu’à 200 000 francs pour un livre précieux connaissent leur affaire ! De sorte que, pour nous, une transaction réussie c’est avant tout la récompense d’un long travail de prospection mené avec minutie. Bien sûr, il s’agit de proposer à la vente des ouvrages impeccables. A défaut, parce que nous ne pouvons agir sur l’usure du temps, rousseurs, mouillures, soulignures, etc, sont indiquées dans nos catalogues. Mais la grande richesse de ce métier tient principalement au fait de dénicher les pièces rares. C’est une grande satisfaction que de mettre la main sur un vieil ouvrage qui réunit les deux critères fondamentaux : une reliure d’époque et une édition originale. Voici un exceptionnel incunable de 1472, commentaires de Platon par Alcuin, première édition bâloise ! ... Un autre exemple pour illustrer mon propos : cet ouvrage annoncé dans toutes les bibliographies comme perdu depuis 1860 et que j’ai retrouvé il y a peu. Il s’agit d’un Saint Thomas d’Aquin de 1505, imprimé à Lyon... Dans le même ordre d’idées, la provenance des ouvrages anciens importe beaucoup : ici, un ouvrage ayant appartenu à Montaigne... et cet autre qui porte la signature de Voltaire. »

  Chaque livre, considéré comme « objet », objet d’art et objet précieux, a une histoire. Il incombe au libraire spécialisé de la reconstituer. C’est pourquoi, au-delà du contenu propre et de son auteur, l’enlumineur, l’imprimeur et les acquéreurs successifs peuvent être également présentés dans les notices du catalogue. Notices denses et « exhaustives », comme autant d’invitations au voyage, on comprend mieux dès lors la sentence d’Anatole France.

 

 

Une clientèle de choix

 

  François Alix semble intarissable, animé qu’il est par la passion du livre ancien. D’autant plus que son métier, élevé à ce niveau, lui permet de nourrir des contacts avec des personnalités du monde entier : « Umberto Eco, Jacques Attali m’achètent régulièrement des livres. François Mitterrand était aussi un bon client. Dans un autre genre, le coureur automobile Bernard Darniche, Philippe Bouvard et Michel Sardou, sont friands d’ouvrages du XIXè siècle. Il y a de cela quelques années, le chanteur Mick Jaeger m’avait acheté plusieurs livres sur les indiens d’Amérique. La liste est vraiment longue ». En tout cas, notoriété de l’acheteur ou pas, les transactions se passent toujours dans une extrême cordialité, précise encore François Alix. « C’est pourquoi je ne fais pas de différence entre un client célèbre, une institution vénérable, comme la BNF, le musée d’Orsay ou le musée Pétrarque, et un bibliophile amateur. Encore une fois, tout cela se passe entre amoureux du livre ». D’ailleurs, cette passion, parfois dévorante, suscite quelques anecdotes savoureuses : « Par exemple, lorsque j’avais sorti un catalogue thématique intitulé Femmes, une new-yorkaise était venue jusqu’ici avec son mari. Seulement, à Paris, ils avaient loué un taxi pensant que Loudun était la périphérie ! Et à Loudun, il fallut encore demander le chemin jusqu’au ‘‘Milleron.’’ Jusqu’au bout de leur périple, ils ont imaginé un canular : un libraire au fond des bois... Impossible ! Une autre fois, un client qui tenait absolument à acquérir un ouvrage qui s’appelle L’art de vérifier les dates. Depuis l’âge de 15 ou 16 ans, il s’était mis en tête de monter toute la chronologie de l’humanité. Il est donc venu, d’assez loin même, en 2 CV, et m’a tendu un tas de billets de 50 frs. et de pièces de 10 frs. pour me régler les 3000 frs. de l’ouvrage. Je lui ai fait une bonne réduction. J’ai aussi eu un client fortuné, mais autant dire ‘‘azimuté’’, venu en hélicoptère et qui tenait absolument à se poser dans le jardin ! Finalement, il a accepté d’aller jusqu'à Loudun où nous l’avons enfin accueilli.»

 

 

Un cancre parfait !

 

  Deux heures peut-être que nous parlons et « touchons » incunables, vélins, bois gravés, ex-libris, reliure anglaise ou italienne et tout ce genre de choses propres aux livres anciens, lors que Tom Waits n’a pas cessé d’envahir la pièce de ses vociférations douces amères. Ceci rappelle que nous avons aussi parlé rock et jazz. Ainsi que d’art contemporain, avec des amis qui s’occupent d’une galerie non loin d’ici et venus s’imprégner, une après-midi durant, de l’ambiance procurée par les livres somptueux. La culture à la campagne, le bon oxygène, en somme ! C’est justement l’un des projets de François Alix : créer un endroit « ouvert » où musique(s), livres anciens et arts picturaux se côtoieraient, baroquement. « J’ai conscience d’avoir un profil atypique dans la profession, disons assez bourgeoise, où les chartistes et docteurs en littérature sont majoritaires. Pour ma part, j’étais un cancre à l’école. J’étais promis à un avenir de footballeur ! C’est en Première qu’un prof de français m’a donné goût à la littérature en nous faisant découvrir des auteurs comme le Marquis de Sade, Philippe Sollers et Roland Barthes. Quelques années plus tard, dans une salle des ventes, j’ai fais l’acquisition d’un premier lot de livres parce qu’il y avait ces auteurs. Mais le lot contenait surtout des ouvrages du XVIIIème siècle que je n’avais jamais eu l’occasion d’avoir entre les mains. De là est née une passion. »

 

 

 

 

Librairie Alix, « Le Milleron », 86420 Verrue. Sur rendez-vous : Tél : 05. 49. 22. 83. 69. Fax : 05. 49. 22. 89. 70. Catalogue « en ligne » : http://members.aol.com/netlibris

 

 

 

Dany Sénéchaud

 in Impressions Atlantiques, 1999

 

 

 

 

VISITE

 

 

Poitiers, capitale régionale du livre ancien

 

Poitiers, cité médiévale, historique et universitaire, à très tôt eu le souci de prêter attention à la bonne conservation du patrimoine écrit. Trois fonds anciens exceptionnels existent pour le plus grand plaisir des spécialistes et des bibliophiles amateurs. Parcours :

 

La Bibliothèque Universitaire, avenue du Recteur Pineau (campus), est l’un des établissements les mieux dotés de province. Créé en 1975, le fonds de livres anciens contient près de 35000 volumes antérieurs à 1820 et couvrant tous les domaines : médecine, sciences, droit, économie, géographie et lettres. L’endroit présente également 7 incunables et 2000 volumes du XVIè siècle dont la superbe édition originale de De revolutionibus orbium caelest de Nicolas Copernic (1543). Le plus ancien ouvrage date de 1486 : De Usuris d’Alessandro Ariosto.

Ouverture : du lundi au vendredi, 11h00 - 19h00.

 

La Médiathèque François Mitterrand, rue de l’Université dans le vieux centre ville, possède quelques joyaux : l’Evangéliaire de Sainte-Croix de Poitiers, datant de l’époque carolingienne (IXè siècle !) ; La Vie de Sainte-Radegonde par l’évêque de Poitiers Venance de Fortunat est l’un des plus célèbres manuscrits poitevins, exemplaire copié au XIè siècle. La Médiathèque possède 145 manuscrits de l’époque médiévale, 16 livres d’Heures du XVè et XVIè siècles, richement enluminés, ainsi que 286 incunables, dont les Epistolae ad Lucilium (1475) de Sénèque et la première édition des Opuscula latina de Pétrarque. Le nombre de documents anciens conservés ici continue de s’accroître. Parmi les ouvrages sortis d’une presse poitevine, notons le Breviarium historiale, une œuvre historique de 1479, ainsi qu’un « coutumier » de Poitou, ouvrage juridique datant de 1486. Le deuxième ouvrage paru dans la région a été acquis récemment. Il s’agit du traité de droit canonique de Jean Torquemada (1480).

Ouverture : du mardi au samedi, 11h00-18h00.

 

L’Abbaye de Ligugé, près de Poitiers, possède une bibliothèque de tout premier ordre qui n’est évidemment pas sans rappeler celle, « mythique », représentée dans Le nom de la Rose. Quelque chose comme 150 000 volumes disposés sur des rayonnages anciens (boiseries datant de 1895), dont une quarantaine d’incunables. Parmi ceux-là deux pièces magnifiques : Un Pierre de la Palu, Commentaire des sentences de Lombard, Venise 1493 et un octavo de 1497, De la ruine de l’ordre monastique par Jean de Trithène. L’Abbaye Saint Martin possède également quelques manuscrits enluminés sur vélin, datant du XVè siècle, dont un superbe Antiphonaire de 1490.

Ouverture : sur rendez-vous.

 

[Photo de Ligugé, légendée : la bibliothèque de l’Abbaye de Ligugé.]

 

Pour terminer, signalons que vous pourrez approfondir cette découverte des écrits anciens, en visitant, dans le centre ville de Poitiers : La Maison du Moyen-âge (pôle associé à la BNF), dans l’enceinte de la Médiathèque, pour la documentation spécialisée et les estampes ; la Société des Antiquaires de l’Ouest, rue Paul Guillon, pour les vieux papiers et périodiques (20000 ouvrages) ; le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (antenne de l’université affiliée au CNRS), rue de la Chaîne, pour la documentation spécialisée ; enfin, la Librairie ancienne Brissaud, sise Grand’rue, pour quelques achats.

 

D. S.

 

 

 

 



04/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres